Comme à la maison à Pristina, au Kosovo

On s’y sent vite comme chez soi. D’ailleurs, l’auberge est comme une grande maison. On arrive en poussant un petit portail, puis sur la gauche on monte quelques marches qui mènent au porche, aménagé avec des palettes, en petit coin canapés (ce sera l’endroit où l’on passera le plus de temps) qui nous permet souvent d’accueillir les guests dans une ambiance super conviviale! En poussant la porte, une fois le digicode tapé on se retrouve dans l’entrée qui donne sur un salon et une cuisine ouverte, ou bien sur les escaliers qui montent aux dortoirs. La chambre des volontaires se trouve au ‘demi sous-sol’.

IMG_1224

Gabrielle, Georgia, Sam

On est 4 volontaires. Sam, un américain qui a des connaissances sur tous les sujets, qui joue de la guitare à répétition et qui parle souvent un peu trop. Richie, un anglais dont l’accent demande de se concentrer à chaque fois qu’il parle et qui dort la moitié de la journée. Gabrielle (qui nous rejoindra un peu plus tard), une française « so french », la frange coiffée-décoiffée, le rouge à lèvre rouge, la cigarette au bout des lèvres et le style soigneusement négligé (oui oui apparemment, elles sont comme ça les françaises).
Puis il y aura Ugne, qui prendra la place de Sam, une lituanienne qui a toujours une opinion à débattre et qui adore chanter, un peu étrange.

IMG_1348

Georgia et Richie dans le jardin de l’auberge

Il y a aussi Dashmire, un Albanais qui travaille à l’auberge depuis février dernier. Toujours en train de s’affairer à quelque chose, toujours prêt à rendre service, qui prend des douches avec la musique à fond et adore danser avec ses lunettes de soleil sur le nez!
La fine équipe quoi.
Ah et j’allais oublier Georgia, une australienne rencontrée à Belgrade, qui n’était pas volontaire mais qui est restée à Pristina quasiment aussi longtemps que moi. Vous entendrez parlez d’elle dans les prochains articles. Mais en deux mots, c’est une déesse aux cheveux bleus qu’il est impossible de ne pas aimer !

IMG_1279

Georgia, Ugne et Gabrielle en route pour le site archéologique d’Ulpiana, sous un grand soleil

J’arrive mi-avril sous un grand soleil. Mince, je n’ai absolument pas d’affaire d’été ! Pas de soucis, quelques jours après la température redescend puis il se met carrément à pleuvoir et à neiger. Je n’en demandais pas tant. Autant dire que pendant une semaine on se les gèle.
Les garçons vont au garage couper du bois pour chauffer l’auberge… Sam a essayé de m’apprendre à faire le bucheron mais j’étais vraiment pas douée alors j’ai laissé les hommes faire ainsi que mon ego de côté.
Pendant que les guests, qui eux, ne restent que deux jours, s’obstinent à visiter la ville et rentrent congelés et trempés, nous restons au chaud, bien installés sur les canapés du salon-cuisine, souvent autour d’un thé ou d’un café turc. Et on apprend des tas de choses sur le Kosovo et son histoire grâce à Chelsea et Xili, les gérants de l’auberge. Elle vient du Texas et est tombée amoureuse du Kosovo et lui est Kosovar et a grandi à Mitrovica, une ville dont la partie nord est encore sous contrôle serbe.

Ici c’est une religion le café turc! 3 cuillères de café, une de sucre, on ne mélange surtout pas avant que ce soit tombé dans le fond, on attend que ça bout une deuxième fois… En général c’est Xili qui en fait pour tout le monde. Au bout de 3 semaines, je me dis qu’il faudrait peut être que j’apprenne à le faire dans les règles de l’art. On prendra un petit cours avec Gabrielle.

IMG_1511

Atelier twister géant avec Gab en préparation des 4 ans de l’auberge

A ma première sortie dans le centre ville, j’ai l’impression d’être dans une ville européenne comme une autre. Bon il y a quand même les cireurs de chaussures qui font leur petit effet, les téléphones d’il y a 10 ans vendus dans la rue, les fils électriques qui décorent la vieille ville… L’avenue piétonne principale a des airs de fête foraine : des vendeurs de popcorn et de glaces et de barbe à papa y sont tous les jours, ainsi que des bouquinistes.

IMG_1104IMG_1106

Il y a toujours du monde sur cette avenue principale, bordée de restaurant, ce qui s’explique peut être par le fait que la moyenne d’âge à Pristina doit tourner autour de 23 ans et qu’il y ait pas mal de chômage.

IMG_1185

le meilleur spot pour observer le coucher du soleil

C’est une petite ville dont on peut facilement faire le tour en 2 jours et c’est la raison pour laquelle y rester plus longtemps est très agréable ! Tout devient familier très rapidement. Et ça n’a pas de prix quand on voyage ! Et puis les gens sont gentils, toujours prêts à vous aider. Et ça, ça fait toujours plaisir !

IMG_1182

 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s