L’ashram d’Amritapuri / Om Nama Shivaya

Ici tout le monde (ou presque) est habillé tout en blanc. Et il y a également beaucoup de blancs. Je m’attendais pas à en voir autant. Et aussi beaucoup de français.
Quand je dis ici, je parle de l’ashram d’Amma, où je viens de passer 9 jours. « Amma » qui veut dire « mère » en malayalam, la langue du Kerala. Pour ceux qui n’en n’ont jamais entendu parlé, Amma c’est la dame qui fait des hugs (on appelle ça un « darshan ») partout dans le monde, d’où son surnom « the hugging mother ».  Elle a commencé à 9 ans je crois et elle ne s’est jamais arrêtée depuis. C’est un guru qui a des millions de « suiveurs », c’est un peu comme un dieu vivant pour certaines personnes ou un intermédiaire qui aurait une connexion directe avec le divin (je n’ai toujours pas vraiment compris… si vous tapez ‘Amma Amritapuri’ sur Google vous aurez sûrement de meilleures explications!)
……
En arrivant à l’Ashram je ne savais pas trop ce qui m’attendait mais je pensais qu’on aurait une certaine routine à respecter (yoga, chants, méditation…) mais en fait les visiteurs sont libres de faire ce qu’ils veulent.
….
Tous les matins à 4h50 il y a la récitation du Lalita sahasranama. Auquel les femmes peuvent assister dans le temple de Kali et les hommes dans l’auditorium. Alors je me suis levée au milieu de la nuit pour voir de quoi il en relevait… Toutes les femmes arrivent avec leur petit tapis ou un petit coussin et s’assoient par terre dans le temple. Il fait frais à cette heure et l’ashram est encore silencieux. Puis elles sortent leur livre de prières pendant que la personne responsable de l’Archana (le mot qui désigne, plus généralement, les moments de récitations/recueillements, je crois)  ce jour là installe une enceinte et branche un micro. Ca commence.
Toutes les femmes récitent ensemble les 1000 noms de la Mère divine, Lalita. C’est un peu entre la récitation parlé et le chant (chanté, haha) et c’est un peu répétitif dans le rythme et les intonations.
A la fin (après une bonne heure) tout le monde pose sa tête contre le sol, en direction de l’idole (?) certains se rapprochent, d’autres reprennent leur tapis et s’en vont pour probablement faire du yoga et/ou méditer.
Je n’ai pas pu prendre de cours de yoga là bas puisqu’ils tombaient à la même heure que le seva auquel je participais. Le seva c’est le nom qu’on donne au « service désintéressé » (« selfless service » en anglais) c’est la base du fonctionnement de l’ashram. Les gens qui vivent là bas toute l’année enchaînent les seva toutes la journée je crois (c’est comme un travail pour lequel tu ne serais pas rémunéré) Et c’est cette bénévole, sans attente en retour, qui est censée t’aider à développer ta compassion et tout le tralala.
De 7h à 9h j’avais atelier coupage de légumes pour la cantine occidentale et le café. On était une petite dizaine avec notre tablier et notre grand couteau à se retrouver tous les matins (ou presque, parce que des fois t’as juste besoin de dormir! / note pour moi même pour le futur : quand tu voyages tu peux dire adieu à ton sommeil), certains le font en silence, comme une méditation mais ça permet aussi de discuter avec des gens. Notamment, j’ai rencontré Estelle, une française avec qui je suis actuellement à Cochin! (Oui oui je suis très en retard dans les articles…)
Et le midi j’aidais au café.
….
J’ai aussi suivi un cours de formation à la médiation IAM sur 2 jours et demi, la technique de méditation développée par Amma elle même, qui consiste en un enchaînemet d’étirements très simples suivis d’exercices de concentration sur les chakras (désolée pour l’explication bancale, on est pas censé parler de la technique avec qui que ce soit, secret défense!)
A 18h30 tous les jours, c’est l’heure du bahjan. Des chants religieux accompagnés de percussions. Quand Amma est là, elle se joint parfois au musiciens pour chanter avec eux, elle est alors assise au milieu, sur un fauteuil et un écran géant permet à tout le monde de voir sa tête en live. Et bien sur l’auditorium, qui sert également de cantine et qui est totalement ouvert, est bondé. Le jour où je suis arrivée je l’ai vu chanter pour la première fois et c’est vrai que ça laisse pas indifférent. Il y a quelque chose qui se passe mais je pense qu’Amma n’y est que pour 10% tandis que la foule de gens qui la regarde fait le reste. C’est un tout en fait (et on sait que le tout n’est pas égal à la somme des parties, merci les cours de psycho), c’est difficile à expliquer! Et en plus, l’interdiction de prendre des photos ou de filmer dans l’ashram ne m’aide pas à vous le transmettre!
….
En fait dans l’ashram il se passe toujours quelque chose. Mais tu sais jamais vraiment de quoi il s’agit. Et c’est un peu agaçant. Tu voudrais comprendre mais personne t’y aide.
Expérience mitigée donc! Mais tellement de belles rencontres!
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s